Khalife Seydina Abdoulahi Thiaw LAHI2017-04-23T12:40:49+00:00

Chérif Abdoulahi THIAW LAHI un khalife modèle

Bien avant sa naissance, Seydina El Hadji Abdoulahi THIAW LAHI fut annoncé par son ancêtre Seydina Limamou Mahdi (PSL) qui demandait dans un de ses prêches, si les fidèles avaient vu le drapeau ou l’étendard qui flotte du haut de la Case de Coumba NGOYE . Ce drapeau symbolisait un certain Abdoulahi qui devrait vulgariser son appel.
C’est ainsi qu’il naquit en octobre 1926 d’une descendance noble, aussi bien du côté paternel que maternel.

En effet, il ne fait pas de doute qu’il est fils de Seydina Issa (Prophète de Dieu) fils aîné de Seydina Limamou Lahi (PSL) , le Mahdi attendu à la fin des temps. Du côté maternel, il est originaire de la noble famille des Damels du Cayor, du fait qu’il est le fils de Sokhna Ngane DIOP qui elle, est fille de Coumba NGOYE et de Silmakha DIOP .

Sa naissance était attendue, elle eut lieu au moment où son père se trouvait à sa résidence de Dakar. L’émissaire Abdoulahi SECK qui était chargé de lui annoncer l’heureuse nouvelle lui dit que Sokhna Ngane DIOP a mis au monde l’enfant attendu.

« SOKHNA GANE JUUR NA DOOM JA ».

Aussitôt annoncée, cette bonne nouvelle rendit Seydina Issa Rohou Lahi si heureux qu’il demanda à Libasse DIONE de chanter les louanges du nouveau né.
Durant son enfance, Seydina El Hadji Abdoulahi THIAW LAHI a bénéficié d’une formation spirituelle très importante de la part de ses parents pour le préparer à prendre en charge la mission qui lui était prédestinée.

En plus, son père le confia à certains érudits parmi lesquels on peut citer Imam Mamadou WADE père de l’actuel Imam de Cambérène El Hadji Libasse WADE , Tidiane NIANG de Saint Louis et Omar KANE de Diecko Médina son dernier maître qui témoigna devant son illustre père, qu’ Abdoulahi n’avait plus rien à apprendre. Sur ce plan, ses énormes capacités intellectuelles ont émerveillé tous ceux qui l’ont enseigné.

Dans les années quarante, en effectuant son service militaire il lia une amitié avec un de ses frères d’arme du nom d’Abdoulaye WADE avec qui il partageait la même chambre. Ce dernier est devenu Président de la République du Sénégal depuis 2000 tandis que Seydina El Hadji Abdoulahi THIAW LAHI préside aux destinées de la communauté Layènes depuis 2001.

Malgré son jeune âge, il jouissait d’une très forte personnalité et était respecté par ses compagnons d’âge.

Tout cela pour dire que Seydina El Hadji Abdoulahi THIAW LAHI possédait d’énormes qualités.

UN GUIDE AUX DIMENSIONS MULTIPLES

Parmi les qualités de l’homme, on peut citer :

* Sa Grande érudition  : sa mémoire infaillible, sa parfaite maîtrise du Coran, de la Sunna , des textes sacrés et des pratiques culturelles ont toujours eu raison de ses détracteurs et, tous les sceptiques repartaient convaincus ou presque après l’avoir écouté, même s’ils le reconnaissent difficilement.

Son comportement lors du décès de Tafsir Ibrahima MBENGUE devant des érudits de tout acabit lui a attiré la sympathie d’El Hadji Ibou SAKHO .

En effet, dans le but d’éviter les divergences pour les prières, après la mises sous terre de la dépouille, Seydina El Hadji Abdoulahi THIAW LAHI a résolu l’équation en faisant référence a un verset du Saint Coran. Ce qui émerveilla l’assistance.

* Sa Sociabilité et sa Générosité  : en effet, il a toujours ouvré sur tout ce qui participe au développement de la société. C’est ainsi que selon certains témoignages il a toujours aidé les fidèles et autres (et continue à le faire d’ailleurs) moralement, matériellement, spirituellement et financièrement. Il aimait donner au point de se priver ou priver sa famille à l’exemple de son grand père qui distribuait tout ce dont il disposait. C’est en partie, ce qui explique l’absence de fortune, qu’il aurait pu amasser.

* Son humilité  : il a toujours accepté d’échanger avec toute personne quelque soit son statut et son rang social acceptant de se déplacer sur de longues distances pour célébrer des cérémonies (baptêmes, mariages) et dirigeait les prières mortuaires.

* Sa Ponctualité   : Seydina El Hadji Abdoulahi THIAW LAHI a toujours été ponctuel et respectait les rendez-vous arrivant toujours avant l’heure. Une telle qualité constitue de nos jours un modèle de citoyenneté.

* Son Esprit d’Ouverture  : il était ouvert à toute sorte de critiques et suggestions allant dans le sens d’améliorer une organisation. Aussi, avait-il noué des relations avec toutes les familles religieuses et confessionnelles. Ce qui le poussa d’ailleurs à être le seul guide religieux à accueillir le Pape Jean Paul II à l’aéroport lors de sa visite au Sénégal en 1992 et de chanter les hymnes des familles religieuses à l’occasion de la célébration de l’Appel de Seydina Limamou LAHI (PSL).

* Son Endurance  : il mangeait peu , dormait peu et présidait lui-même les chants religieux tous les samedis ,en restant debout pendant au moins de 6 heures de temps , ce qui ne l’empêchait point de conduire les réunions du groupement central le dimanche. Il parcourait tous les localités Layènes pour présidait les prières de Nafila durant le mois béni du Ramadan. Ce parcours du combattant il l’a réalisé durant plus d’un demi siècle, peut être à cause de sa formation militaire.

* Son Courage  : il a toujours accepté de s’astreindre à ce rythme soutenu au prix de sa santé. Bravant les intempéries , il a affronté les pistes sablonneuses de Mbenguène derrière Ngoumba Géoul ( 15 km ), du Walo, de Malika ( Nguédiaga ), les routes caillouteuses de

Ngakhame ( 9 km de Tivaouane) et de Kagnonbon à 20 km de Bignona .

Durant ce parcours il a utilisé toutes sortes de moyens de déplacement pédestre, âne, cheval, voiture, train, bac et avion.

* Son Esprit rassembleur  : il prônait toujours l’union et selon certains témoignages, la jeunesse de Cambérène , divisée à l’ époque par le football , Chérif Abdoulahi parvint à les réunir en leur offrant un ballon et un jeu de maillots . Cette dynamique de groupe qu’il a crée a aboutit à la formation de l’ ASC Cambérène.

Dans le même ordre d’idées, il est allé jusqu’à réserver une tribune spéciale a la communauté léboue de Yoff durant la célébration de l’Appel pour mettre en exergue le lien de parenté avec son grand père Seydina Limamou LAHI (PSL)) et montrer que ce village est indivisible.

Aussi ne manquait-il jamais de formuler à chaque occasions de rencontre, des prières à l’endroit des autorités spirituelles et temporelles du pays .

* Sa Soumission  : ayant reçu la confiance de son illustre père, peu de temps avant sa disparition en 1949, il s’est résolument engagé auprès de Seydina Madione LAHI durant 22 ans de Khalifa . Il en fit de même à l’endroit de ses frères Seydina Issa LAHI THIAW plus connu sous le nom de Baye Seydi THIAW ( 17 ans ) et de Seydina Mame Alassane LAHI 14 années durant .

Pour confirmer degré de soumission, Seydina Ababacar LAHI s’adressant à Seydina Abdoulahi lui dit : «  qu’il était prêt à renoncer à toute charge dans la famille au profit de celui-ci, s’il devait en être privé  ».

* Son sens de l’organisation  : de par sa vision prospective, il a parallèlement à la création des Dahiras, pensé à une organisation par palier , avec au sommet le groupement central , puis les fondés de pouvoirs, la fédération et enfin les sections qui regroupent plusieurs Dahiras . Il a pensé à une telle structuration dans le souci d’offrir une meilleure traçabilité des différentes actions. Cette qualité révèle aussi un sens inné de la perfection qui le suit même dans son habillement et démarche.

* Sa qualité de communicateur hors pair  : il avait le don d’atteindre plusieurs cibles en même temps, à partir d’une seule action de communication. Pour paraphraser les spécialistes de la communication sociale, on peut dire qu’il est doué aussi bien en communication institutionnelle, interpersonnelle, qu’en communication de masse. C’est un véritable cas et cela s’est illustré en octobre 1987 à la disparition du 3eme Khalif Seydina Issa LAHI. Il a su donner spontanément, une semaine durant, les réponses adéquates aux différents intervenants venus présenter leurs condoléances, comme si les textes lui étaient préparés d’avance.

Ces énormes qualités lui ont d’ailleurs permis de préserver les acquis et legs.

Pour mieux vulgariser les enseignements du Mahdi, il a mis en place diverses stratégies.

UN FIN STRATEGE

Trois facteurs ont permis à Seydina El Hadji Abdoulahi THIAW LAHI de mettre en place des stratégies. Il s’agit principalement de :

* Ses qualités importantes mentionnées plus haut ;

* Sa préparation spirituelle ;

* Sa formation militaire

la stratégie d’information et de communication

Conscient qu’il prêchait dans un environnement hostile, il a, au préalable, axé sa stratégie sur la connaissance des acquis de l’autre, notamment l’histoire de tous les guides religieux du Sénégal et leur enseignement. Ainsi, il les magnifiait avec pour principal objectif d’attirer l’attention de son auditoire. Ce qui lui permettait de faire passer le message de Seydina Limamou LAHI ;

Cette stratégie est couplée à une démarche de communication progressive axée sur la non violence, le tact et la diplomatie pour ne pas heurter son récepteur. Une telle approche non exclusiviste lui a même valu le sobriquet de « Médiateur de l’Islam ».

La défense du soufisme et des autres confréries

Seydina El Hadji Abdoulahi THIAW LAHI est le premier guide religieux qui a osé en son temps défendre les autres confréries, au moment où d’aucuns prônaient une autre voie que le soufisme. C’est ce qui lui a permis de favoriser un brassage entre les différentes familles religieuses du pays.

Cette stratégie constitue un élément appréciable dans le cadre de la dynamique de paix et de concorde nationale et représente un pas très important qui favorise le renforcement de l’Unité des musulmans.

La stratégie d’éducation

Elle est matérialisée en 1968 par la Création des Dahiras comme des écoles de la vie mais aussi et surtout, l’insertion de l’approche genre comme enseignée par Seydina Limamou LAHI , conformément aux textes coraniques, chapitre 33, verset 35. La femme reprenait ainsi, la place qui lui était dévolue dans la pratique de la religion.

En son temps, il était voué aux gémonies. Mais malgré cela, il a toujours inculqué aux talibés une dynamique de Paix, de tolérance pour l’acceptation des autres musulmans.
Dans un but éducatif, il a toujours usé de ses talents d’humoriste pour mettre à l’aise son assistance et faire passer son message. Cette technique, dans un but purement pédagogique lui permettait de détendre l’atmosphère.
Lors des évènements Sénégalo-mauritaniens en 1989, il a été le premier à prendre la parole publiquement pour appeler à l’apaisement par le biais de la télévision nationale.

Aussi, après l’attentat de la place de Gao le 19 mai 1990 à Ziguinchor , n’eût été sa retenue et ses qualités de guide sans esprit de revanche, les conséquences pourraient être incalculables, bref pour dire que Seydina El Hadji Abdoulahi THIAW LAHI est un homme de Paix.

Les bases de son enseignement

Pour vulgariser le message de son Grand père Seydina Limamou LAHI, Seydina El Hadji Abdoulahi s’est inspiré du Saint Coran, des Hadiths authentiques et des livres anciens.

Le Mahdi à travers le Coran

Bien que le substantif «  MAHDI  » n’est pas apparu dans le Coran de façon explicite, le livre Saint en a fait allusion dans plusieurs de ses versets. Nous en citerons quelques uns qui, remarquons le, nous étaient souvent donnée en référence par Seydina Abdoulahi THIAW LAHI.

Dans la sourate Al Jumma, verset N°2 et 3 : Dieu dit : «  C’est Lui qui a envoyé chez les incultes un prophète issu d’eux, qui leur récite ces versets, les purifie, leur enseigne le Livre et la Sagesse , bien qu’ils aient été antérieurement dans un évident égarement et à d’autres aussi parmi ceux qui ne les ont pas encore rejoint et c’est Lui le Puissant , le Sage  » . Dans le commentaire du verset n°3, Aboubacar Hamza nous fait savoir que lorsqu’on a interrogé le prophète lui demandant qui sont les autres, il posa sa main sur la tête du persan Salman Al Fâris en disant des hommes comme celui-ci (Traduction française du Saint Coran, page 1827).

Un autre verset dans la Sourate Khassas , Allah nous dit : «  il fait partie des signes de l’heure  : n’en doutez point  ». Les commentaires de ce verset nous révèlent aussi qu’Allah dans ce verset, fait allusion au Mahdi

Fédération des Dahiras Layenes du Sénégal